Page précédente

CEROU Pierre
    Arbre de descendance     Chronogramme
    Père : CEROU Jean (? - 1772)
    Mère : MARTINE Françoise
    Naissance :
          Date : 1 mai 1740
          Lieu : Gignac Lot France - 46600,Midi-Pyrénées,sireyjol
          Source :
Contemporain
    Décès :
          Date : 31 mai 1815 (75 ans)
          Lieu : Gignac Lot France - 46600,Midi-Pyrénées,sireyjol
          Age : 77
          Source :
Contemporain
    Lieu : Sireyjols
    Profession : praticien
    Prénom : Pierre
          Nom de famille : CEROU
    Information de famille :
          avec VEYSSIERE Jeanne (? - 1815) :
                Mariage :
                      Date : 28 janvier 1766 (25 ans)
                      Lieu : Gignac Lot France - 46600,Midi-Pyrénées
                      Source :
Contemporain
                enfant :
                   CEROU Jean (1772 Gignac - 1832 Gignac)

CEROU Pierre
    Père : CEROU Dominique (1746 - 1834) (Age à la naissance de l'enfant : 41 ans)
    Mère : ALGAY Thérèse (1762 - 1804) (Age à la naissance de l'enfant : 25 ans)
    Freres/Soeurs :
       CEROU Joseph (1788 Gignac - 1866 Gignac)
       CEROU Marie Thérèse Françoise (1791 Gignac - 1801 Gignac)
       CEROU Louise Philippe (1792 Gignac)
       CEROU Anne (1794 Gignac - 1801 Gignac)
       CEROU Marie Jeanne (1795 Gignac)
       CEROU Pierre Ambroise (1796 Gignac - 1805 Gignac)
       CEROU Marie Jean Gabriel (1804 Gignac - 1804 Gignac)
    Naissance :
          Date : 20 août 1787
          Lieu : Gignac Lot France - 46600,Midi-Pyrénées
          Source :
Contemporain
          Note :
L'an mil sept cent quatre-vingt-sept et le vingt deux du mois d'août a été baptisé par moi, Villeneuve d'Algay, curé d'Issandon en Limousin, en présence et du consentement de Mr le Curé de la présente paroisse, Pierre de CEROU, fils légitime du Sr Dominique de CEROU, écuyer seigneur de la Genetie et de Dame Therese Villeneuve d'ALGAY, habitants du présent bourg, né le vingt de ce mois. Il a eu pour parrain Mr Pierre de CEROU, chevalier honoraire de l'Ordre de Malte, grand oncle paternel, et pour marraine Dame Marie Louise VALLETEAU de CEROU, tante paternelle par alliance qui ont signé avec nous : P. Cerou - Marie Louise Valteau de Cerou - Blanche, curé -
img. Gignac-1787-NMD (10) -
    Prénom : Pierre
          Nom de famille : CEROU

CEROU Pierre
    Chronogramme
    Père : CEROU Jean (1663 - 1743) (Age à la naissance de l'enfant : 46 ans)
    Mère : CHALVET Jeanne (1676 - 1724) (Age à la naissance de l'enfant : 33 ans)
    Freres/Soeurs :
       CEROU Estienne (1697 Gignac)
       CEROU Thoinette (1698 Gignac - 1714 Gignac)
       CEROU Antoine (1700 Gignac)
       CEROU Jean (1701 Gignac)
       CEROU Guilhaume (1702 Gignac)
       CEROU Jean Baptiste (1704 Gignac)
       CEROU Jean Joseph (1705 Gignac - 1764 Gignac)
       CEROU Marie (1706 Gignac)
       CEROU Jean Martin (1708 Gignac)
       CEROU Jean Baptiste (1712 Gignac)
       CEROU Jean (1713 Gignac)
       CEROU Joseph (1715 Gignac)
       CEROU Jean (1716 Gignac - 1723 Gignac)
       CEROU Marie Thérèse (1718 Gignac)
       CEROU Marguerite (1721 Gignac)
    Naissance :
          Date : 7 juillet 1709
          Lieu : Gignac Lot France - 46600,Midi-Pyrénées
          Note :
filiation supposée, à vérifier. non trouvé la naissance sur GIGNAC
    Décès :
          Date : 15 décembre 1797 (88 ans)
          Lieu : Gignac Lot France - 46600,Midi-Pyrénées,vielfour
          Age : 89
          Source :
Contemporain
          Note :
Aujourd'huy, vingt six frimaire an six de la République française, par devant moi, Hugues GAY, agent municipal de la commune de Gignac sont comparus Jean BOYSSOU, cultivateur âgé de trente huit ans domicilié au mas de Vielfour susdite commune, lequel, assisté de Guilhaume GAY, propriétaire âgé de soixante trois ans, domicilié au présent bourg, le premier serviteur à GAYE, le second voisin de Pierre CEROU, proprétaire âgé de quatre vingt neuf ans, domicilié au masde Vielfour susdite commune. lesquels Jean BOYSSOU et Guilhaume GAY m'ont déclaré que le dit Pierre CEROU est mort hier à l'heure de deux du matin en son domicile de Vielfour, et d'après cette déclaration, je me suis sur le champ transporté au lieu de ce domicile et je me suis assuré du décès du dit Pierre CEROU, et j'en ai dressé le présent acte que le dit GAY a signé avec moi, non le dit BOUYSSOU pour ne savoir de ce requis par moi.
fait à Gigniac le susdit jour, mois, et an.
signé: Gay - Gay, agent municipal -
img. Gignac-An VI (36 & 37)
    Note :
Pierre Cérou est né à Gignac (Lot) le 7 juillet 1709. La maison familiale, imposante avec son toit à la Mansard, était située au centre du bourg, près de la halle aux grains. Elle a été utilisée comme maison d’école après la mort du docteur Joseph de Cérou le 31 août 1866, puis détruite en 1904. Sur son emplacement a été construite en 1905-1906 l’école actuelle.
Pierre Cérou, fils cadet de Jean Cérou, bourgeois de Gignac, fait ses études à Brive, dans le Collège que dirigent alors les Pères de la doctrine chrétienne.
A 16 ans, il part pour Paris, au Collège Sainte-Barbe dirigé par Simon Ménassier. A 20 ans, il obtient, lors de la distribution des prix présidée par Rollin, les quatre principaux prix. Pendant ses études de droit, il écrit une comédie qui sera jouée en 1740.
C’est sans doute grâce à Rollin qu’il devient précepteur dans la famille Riquet de Caraman, descendant du créateur du Canal du Midi. Le 8 février 1740, sa première comédie L’Amant auteur et valet est jouée au Théâtre-Italien.La pièce obtient un très grand succès.
Il quitte Paris pour devenir précepteur dans la famille Riquet de Monrepos, avocat général au Parlement de Toulouse. Il retrouve dans la ville rose son frère aîné, Joseph, docteur en médecine, capitoul pour le quartier du Pont-Vieux.
En 1742, l’infant don Philippe, né du second mariage de Philippe V, roi d’Espagne, avec Élisabeth Farnèse, se rend d’Espagne en Italie. Il s’arrête quelques jours à Montpellier. Le duc de Richelieu, gouverneur du Languedoc, faitpréparer une réception solennelle en l’honneur de l’infant qui arrive à Montpellier le 24 mars 1742 à 7 heures du soir. Il en repartira le 28 mars.
Pierre Cérou est envoyé par Jean Riquet de Monrepos à Montpellier pour saluer de sa part l’infant et lui offrir des chiens de chasse.
Le 25 mars, le duc de Richelieu, qui avait la passion du théâtre, fait donner deux représentations en l’honneur du Prince : Mithridate de Racine, et L’Amant auteur et valet, la comédie à succès de Pierre Cérou. Celui-ci profite del’occasion pour aller au spectacle. Il est admis au foyer des acteurs en sa qualité d’auteur dramatique.
Ce soir-là, Pierre Cérou fait la connaissance de Guillaume Léon du Tillot, garçon de chambre du prince, qui sera intendant général, puis premier ministre, quand l’infant deviendra duc de Parme (1748, traité d'Aix-la-Chapelle). Guillaume Léon du Tillot organise une entrevue entre l’infant et Pierre Cérou.
Quand l’infant devient duc de Parme, en 1748, du Tillot propose à Pierre Cérou d’instruire la jeune princesse Isabelle, en particulier au niveau de l’histoire, de la langue française et des lettres, et d’être le contrôleur de lamaison royale,des palais et des écuries. Il devient alors un personnage important à la cour du duc de Parme.
En avril 1751, Pierre Cérou est élevé au grade de chevalier de l’Ordre de Malte et décoré de la Grand-Croix d’honneur par le grand-maître Emmanuel Pinto da Fonseca, devenant ainsi le chevalier Pierre de Cérou. Il portait, comme son frère Joseph, médecin, Capitoul de Toulouse, puis juge de Gignac, un blason d’Or à trois bandes de gueules, chargées de sept roues posées 2 et 3 et 2.
Lorsque l’éducation de l’infante est terminée, en 1758, Pierre Cérou quitte la cour de Parme, apparemment pour des raisons politiques. En effet don Philippe, duc de Parme, comptait devenir roi de Naples à la mort de son frère Ferdinand VI, roi d’Espagne. Il avait fait part de son intention d’amener avec lui, à Naples, Guillaume du Tillot et son ami Pierre Cérou. Mais le pape Clément XIII s’oppose à ce projet : il avait eu des démêlés avec Guillaume du Tillot, ministre de Parme, et les jésuites dénoncent aux cours de Paris et de Madrid Pierre Cérou comme étant un hérétique. Ils élèvent contre lui des protestations.
Pierre Cérou préfère se retirer. Le duc de Parme le récompense avec largesse, pour les services rendus à la cour de Parme. Il lui offre un anneau d’or, avec son portrait entouré de diamants, et lui fait remettre une gratification de 50 000 livres.
L’abbé de Condillac devient le précepteur du jeune prince.
En 1758, Pierre Cérou a 50 ans. Il rentre en France et fait représenter à la Comédie-Française une autre pièce le 10 juillet 1758, Le Père désabusé, jouée trois fois mais, semble-t-il, jamais imprimée.
Pierre Cérou revient dans son village natal, s’installe à Brive, puis au château de Jayle, près de Malemort (Corrèze).
Le 15 avril 1790, Pierre Cérou reconnaît dans une lettre adressée à son neveu qu’il aime la Révolution, mais qu’il craint la licence ; car la licence ne veut pas de lois, et la liberté ne peut subsister sans lois. Il sent que la Congrégation des Doctrinaires est menacée : « Si on la supprime, j’en serai fâché pour elle, pour moi, pour vous, pour tous. Quoique je veuille être despote chez moi, mon despotisme n’a rien de barbare, ni même de gênant pour ceux qui vivent sous ma domination. Ainsi, à tout événement, vous y trouverez toujours une place. Mais, souvenez-vous que, quoique votre ami, je veux toujours être le maître ».
Pendant la Révolution Pierre Cérou doit quitter le château de Jayle qui va, en grande partie, être démoli. Il se réfugie dans une petite maison qu’il possédait à Vielfour, un hameau de la paroisse de Gignac en Quercy. Désormais les habitants de Gignac vont l’appeler le chevalier de Vielfour.
Le décret de l'Assemblée nationale du 16 février 1790 transforme les paroisses en communes. Le premier maire de Gignac sera son neveu, Dominique Cérou.
La même année, Pierre Cérou et son neveu Joseph, frère du premier maire de Gignac, font don à l’église Saint-Martin de Gignac d'une très belle sculpture sur bois achetée à l'abbaye d'Aubazine. Elle représente le dernier repas de Jésus. Ce panneau est alors été installé devant l'autel primitif où il se trouve encore aujourd’hui.
Le 2 mai 1788, Pierre Cérou rédige son testament en faveur de sa cuisinière Marie Sellier et de son domestique L’Estrade. Il écrit également :
« Je prie mes héritiers de faire distribuer 40 quartons de blé mescle aux plus pauvres de la paroisse préférant toujours les plus vieux à choses égales et de consulter pour cela M. le curé de Gignac.
Je donne et lègue à tous ceux qui aideront à porter mon pauvre corps au nombre de huit une somme de six livres chacun qui leur sera payée comptant le jour de ma sépulture ».
Son esprit profondément religieux se dévoile en particulier dans son testament qui commence en ces termes :
« In Nomine Patris et filii et Spiritus Sancti Amen.
Après avoir recommandé mon âme à Dieu, l’avoir remercié de toutes les grâces qu’il m’a faites pendant ma longue vie, et le priant de me les continuer le reste de mes jours, et surtout après ma mort, j’ai fait la distribution du peu de bien qui me reste comme suit.
Je lègue à M. Blanché Curé de Gignac une somme de 40 livres une fois payée avec prière de dire tous les ans pendant sa vie une messe pour le repos de mon âme le jour anniversaire de mon décès et en cas de fêtes le premier jour libre suivant (…) ».
Il meurt le 25 frimaire de l’an VI.
Wikipedia (Robert Vayssié de Gignac)
    Profession : précepteur, auteur dramatique, contrôleurde la maison royale d'Espagne
    Titre : chevalier de l'ordre de Malte
    Prénom : Pierre
          Nom de famille : CEROU

CEROU Pierre
    Chronogramme
    Père : CEROU Pierre (? - 1797)
    Mère : VERGNE Jeanne (? - 1797)
    Freres/Soeurs :
       CEROU Jean (1752)
    Naissance :
          Date : autour de 1767
    Profession : cultivateur au lieu-dit Pech Meze (Borrèze)
    Prénom : Pierre
          Nom de famille : CEROU
    Information de famille :
          avec VIVIER Marie (1767) :
                Mariage :
                      Date : 17 juillet 1797 (30 ans)
                      Lieu : Gignac Lot France - 46600,Midi-Pyrénées
                      Note :
Aujourd'hui vingt et neuf messidor an cinq de la république française une et indivisible, à l'heure de midy, par devant moi Jean VERGNE, agent municipal de la commune de St-Bonet soussigné, sont comparus pour contracter mariage d'une part, Pierre CEROU, cultivateur âgé de trente ans, domicilié du lieu de Peuch Mezel, commune de Borèze, fils majeur et légitime de feu autre piere CEROU et de Jeane VERGNE. Et Marie VIVIÉ fille majeure et légitime de Jean VIVIÉ, cultivateur et de Anne FUMAT, la dite marie âgé de trente ans, du lieu de la Sotte, présente commune de St-Bonet. Lesquels futurs conjoints étaient accompagnés des citoyens Jean VIVIÉ, père de la dite marie VIVIÉ, l'un des conjoints, âgé desoixante quatorze ans, du dit lieu de la Sotte, de Pierre CÉROU, cultivateur âgé de cinquante neuf ans, de Jean CÉROU, aussi cultivateur, âgé de quarante cinq ans, frère dudit Pierre, l'un des conjoints, tous deux dudit lieu de Peuch Mezel, commune de Borèze, et deJean FUMAT, marchand, âgé de quarante deux ans, oncle maternel de ladite marie VIVIÉ, habitant de la commune de Souillac. Après avoir fait lecture en présence de toutes les parties et des dits témoins, 1°) de l'acte de naissance de Pierre CÉROU, la date du (blanc); 2°) de l'acte de naissance de la dite Marie VIVIÉ, en date du vingt et deux juillet mil sept cent soixante ...? vieux stite (?); 3°) de l'acte de publication et affiche de mariage entre les futurs conjoints, fait parmoi, agent municipal soussigné, le vingt six présent mois messidor. Par lequel il conte que sur la susdite publication et affiche il ne s'est présenté aucun opposant au dit mariage dans la présente commune ni dans la commune de Borèze, ainsiqu'il conte par le certificat de l'agent municipal dudit Borèze, de cejourd'hui, et attendu qu'il ne s'en est présenté aucun dans les dites deux communes, après que le dit Piere CEROU et ladite Marie VIVIE ont eu déclaré à haute voix se prendre mutuellement pour époux, j'ai au nom de la Loi, prononcé que le dit Piere CEROU et la dite Marie VIVIE étaient unis en mariage. En conséquence, j'ai rédigé le présent acte quej'ai signé, non les dits conjoints, ni les dits quatre témoins pour ne savoir de ce interpellés par moi. Fait dans la dite commune de St-Bonet les sus dit jour mois et an que de toute part; signé: VERGNE ad.f.m.pal

CEROU Pierre
    Arbre de descendance
    Décès :
          Date : avant 17 juillet 1797
    Prénom : Pierre
          Nom de famille : CEROU
    Information de famille :
          avec VERGNE Jeanne (? - 1797) :
                enfants :
                   CEROU Jean (1752)
                   CEROU Pierre (1767)

CEROU Thoinette
    Chronogramme
    Père : CEROU Jean (1663 - 1743) (Age à la naissance de l'enfant : 35 ans)
    Mère : CHALVET Jeanne (1676 - 1724) (Age à la naissance de l'enfant : 22 ans)
    Freres/Soeurs :
       CEROU Estienne (1697 Gignac)
       CEROU Antoine (1700 Gignac)
       CEROU Jean (1701 Gignac)
       CEROU Guilhaume (1702 Gignac)
       CEROU Jean Baptiste (1704 Gignac)
       CEROU Jean Joseph (1705 Gignac - 1764 Gignac)
       CEROU Marie (1706 Gignac)
       CEROU Jean Martin (1708 Gignac)
       CEROU Pierre (1709 Gignac - 1797 Gignac)
       CEROU Jean Baptiste (1712 Gignac)
       CEROU Jean (1713 Gignac)
       CEROU Joseph (1715 Gignac)
       CEROU Jean (1716 Gignac - 1723 Gignac)
       CEROU Marie Thérèse (1718 Gignac)
       CEROU Marguerite (1721 Gignac)
    Naissance :
          Date : 21 octobre 1698
          Lieu : Gignac Lot France - 46600,Midi-Pyrénées,le bourg
          Source :
Contemporain
    Décès :
          Date : 12 septembre 1714 (15 ans)
          Lieu : Gignac Lot France - 46600,Midi-Pyrénées,le bourg
          Age : 15 ans
          Source :
Contemporain
          Note :
présumé car aucune indication concernant la défunte, à vérifier.
    Prénom : Thoinette
          Nom de famille : CEROU

CEROU Victor
    Père : CEROU Louis (1856) (Age à la naissance de l'enfant : 33 ans)
    Mère : PECHOLIVIER Marie (1862) (Age à la naissance de l'enfant : 28 ans)
    Freres/Soeurs :
       CEROU Françoise (1885 Gignac - 1951 Lachapelle-Auzac)
       CEROU Antoine Cyprien (1886 Gignac - 1976 Martel)
       CEROU Joséphine (1888 Gignac)
       CEROU Marguerite Sabine (1894 Gignac - 1988 Nadaillac)
       CEROU Jean (1896 Gignac - 1974 Salignac-Eyvigues)
       CEROU Anne (1899 Gignac)
    Naissance :
          Date : 23 août 1890
          Lieu : Nadaillac Dordogne France - 24590,Aquitaine,pech Gouran
          Source :
Contemporain
          Note :
dit fils de Pierre et Marie PECHOLIVIER, né au Pech Gouran, à vérifier.
    Prénom : Victor
          Nom de famille : CEROU

CEROU X
    Arbre de descendance
    Prénom : X
          Nom de famille : CEROU
        enfants :
           CEROU Anne (1741 - 1799 Gignac)
           CEROU Dominique (1743)

CÉROU François
    Arbre de descendance     Chronogramme
    Décès :
          Date : avant 9 septembre 1883
    Prénom : François
          Nom de famille : CÉROU
    Information de famille :
          avec BARRE Cécile (1797 - 1883) :
                enfant :
                   CÉROU N. (?)

CÉROU Françoise
    Chronogramme
    Père : CÉROU Jean
    Mère : DELBOS Jeanne
    Naissance :
          Date : 1 mai 1863
          Lieu : Cressensac Lot France - 46600,Midi-Pyrénées
    Lieu : Cressensac, la Garnaudie (46)
    Prénom : Françoise
          Nom de famille : CÉROU
    Information de famille :
          avec SEIGNOLLE Jean (1856) :
                Mariage :
                      Date : 30 juillet 1882 (19 ans)
                      Lieu : Cressensac Lot France - 46600,Midi-Pyrénées
                      Source :
Contemporain
                      Note :
n° 9 - SEIGNOLLE Jean et CÉROU Françoise - 30 juillet 1882 -
Du trente juillet mil huit cent quatre vingt deux, à six heures du soir, acte de mariage de
- SEIGNOLLE Jean, cultivateur, né à Nespouls (Corrèze), le dix huit mai mil huit cent cinquante six, comme le constate son acte de naissance délivré à la mairie de la susdite commune, demeurant à Fougères, hameau de Nespouls, fils majeur et légitime de Jean SEIGNOLLE et de Marie COSTE, cultivateurs domiciliés au même lieu de Fougères, ici présents et du consentement desquels il procède ; et
- CÉROU Françoise, sans profession, née à Cressensac le premier mai mil huit cent soixante trois, ainsi que l'attestent les registres des actes de l'état civil de notre mairie, demeurant à Lagarnaudie, présente commune, fille mineure et légitime de Jean CÉROU et de Jeanne DELBOS, cultivateurs, domiciliés au susdit hameau de Lagarnaudie, ici présents et du consentement desquels elle procède.
Les actes produits par les futurs époux aux fins dudit mariage sont :
1°) les extraits des registres des publications des communes de Cressensac et de Nespouls, constatant que les publications du mariage entre les susnommés ont eu lieu, conformément à la Loi, les dimanches deux et neuf juillet, présente année, et qu'il n'a été formé aucune opposition à ce mariage ;
2°) l'acte de naissance du futur ;
3°) celui de la future
de tous lesquels actes en forme légale de même que du chapitre VI du code civil au titre du Mariage, sur les droits et devoirs respectifs des époux, nous avons donné lecture aux termes de la Loi.
Interpellés par nous d'avoir à déclarer si'ls ont fait un contrat de mariage, les futurs époux et ceux du consentement desquels ils procèdent nous ont répondu affirmativement, et à l'appui de leur déclaration, ils ont produit un certificat constatant que le contrat dont il s'agit a été passé le huit juin dernier devant Me MAURAND, notaire à l'Hôpital Saint-Jean, commune de Sarrazac (Lot).
Après quoi, les dits futurs époux ayant, sur notre demande, déclaré l'un après l'autre, se prendre pour mari et pour femme, nous, soussigné, Jacques SOURZAT, Maire, officier de l'état civil de la commune de Cressensac (Lot), avons prononcé, au nom de la Loi que Jean SEIGNOLLE et Françoise CÉROU sont unis en mariage.
A la mairie, en présence de :
- VERDIER Pierre, cultivateur, âgé de quarante neuf ans ;
- VIDAL Pierre Eloi, instituteur, âgé de trente et un ans ;
- LABRO Jean, cultivateur, âgé de quarante deux ans ;
- PÉRIER Léonard, cultivateur, âgé de cinquante ans,
témoins non parents et tous domiciliés dans la commune de Cressensac.
De tout quoi, nous avons dressé le présent acte que nous avons signé avec les témoins et les parties, non le quatrième témoin, ni la mère de la future qui ont déclaré ne savoir après lecture.
AD46-EC-4E 1842-05-Cressensac-1882-M
                      Présent : COSTE Marie
                            Titre : Présent
                            Note :
cultivatrice dom. lieu dit de Fougères à Nespouls (19), mère du marié, consentant à son mariage
                      Présent : SEIGNOLLE Jean
                            Titre : Présent
                            Note :
cultivateur dom. lieu dit de Fougères à Nespouls, père du marié, consentant à son mariage
                      Présent : CÉROU Jean
                            Titre : Présent
                            Note :
cultivateur dom. lieu dit de la Garnaudie à Cressensac (46), père de la mariée, consentant à son mariage
                      Présent : DELBOS Jeanne
                            Titre : Présent
                            Note :
cultivatrice dom. lieu dit de la Garnaudie à Cressensac (46), mère de la mariée, consentant à son mariage

Page suivante

Retour à la page d'accueil

Ces pages ont été créées par Oxy-gen version 1.38b, le 12/09/2015.